Petit précepte personnel sur les alliances et la joaillerie éthique et fairmined

Je ne suis pas femme à aimer les bijoux.

Ca peut surprendre, ce type d’entrée en matière sur un blog dédié au mariage, mais c’est vrai.

J’ai bien quelques bijoux de créateurs auxquels je tiens (salut Constance L, salut Goshia, :)), mais ma boîte à bijoux ne regorge absolument pas de trésors, uniquement de quelques colliers et paires de boucles d’oreilles que d’ailleurs, je porte « en boucle ».

 Autour de mes poignets, point de bracelet.

Une montre dorée un peu bling bling pour les jours de mariage ou pour les journées aux allures de marathon, et le reste du temps, rien pour entraver mes mouvements.

La légèreté, c’est un peu ma liberté (mais ça, on en reparlera une autre fois).

Pas de bagues non plus, mais sur ma main gauche, le seul bijou que j’arbore, c’est mon alliance.

 C’est drôle, je ne la considère pas comme un bijou, mais comme une partie de moi.

Un peu comme les tatouages qui ornent mon bras droit, mon alliance est comme « tatouée » sur ma main gauche.

J’approche doucement des noces de coquelicot (je vous laisse faire le compte 🙂 ), et à l’époque où nous nous sommes mariés, mon amoureux et moi, les questions éthiques, sur la provenance des métaux, l’exploitation des mines d’or et des personnes travaillant dans ces mines étaient sûrement quasi inexistantes, ou alors, réservées à un microcosme dont nous ne faisions pas partie.

J’ai donc choisi une alliance en or blanc, sertie d’une demi rangée de petits diamants. Un modèle classique pour l’époque, fin et discret.

J’aime mon alliance, car elle fait partie de moi.

Mais si je me mariais aujourd’hui, en 2018, ce n’est pas ce bijou qui serait autour de mon annulaire.

Non, si je me mariais aujourd’hui, je ne choisirai pas ce type d’alliance pour m’accompagner tout au long de ma vie, 365 jours par an, pour apparaître devant mes yeux, reliée à l’un des membres avec lequel je mange, j’écris, je caresse mes être chers, je cuisine, je conduis, je nage, j’applaudis, je claque des doigts (allez, je m’arrête là..)…

On ne revient pas en arrière, on ne refait pas l’histoire, et ça ne m’empêche pas de l’aimer follement cette alliance, car à cette époque, je n’avais pas d’autre alternative qui s’offrait à moi et surtout, car elle porte notre histoire d’amour.

 Aujourd’hui, cependant, je ferai le choix d’une alliance en or recyclé, ou d’une alliance labellisée fairmined.

Je suis certaine que vous savez déjà de quoi il retourne, mais je vais quand même vous refaire un petit topo, parce que finalement, ce qui va rester après votre joli jour, ce sont vos souvenirs, vos belles photos et …vos alliances autour de vos doigts.

 

Donc, ça vaut vraiment la peine de se poser 5 minutes sur cette réflexion, non ?

 Quand on achète une alliance traditionnelle, il faut savoir qu’on n’a aucune idée de la provenance des métaux comme l’or, ou l’argent, ni même de la façon dont sont extraites les pierres précieuses, en premier lieu les diamants.

Traçabilité  = zéro !

Les sources de financement de l’extraction des pierres, l’impact environnemental, les conditions de travail, la pollution générée par l’extraction de l’or qui nécessite beaucoup d’eau, de mercure, de cyanure…tout ça, on n’en sait rien. Nada. Niente. C’est terriblement…obscur.

Mais ce qu’on sait, c’est qu’il s’agit d’une industrie polluante et non respectueuse de l’humain.

 

Et là vous vous dîtes : « Elle ne nous vend pas du rêve, dit donc, la wedding-planner là…! »

Et vous aurez raison. Mais le mariage, c’est n’est pas que du rêve, quand on se marie, on s’engage l’un envers l’autre. Je ne vous apprends rien.

On s’engage aussi vis à vis de nos enfants, nés ou à naître, et pour leur avenir.

On s’engage aussi sur des valeurs communes, une manière de concevoir nos vies qui va dans la même direction.

Acheter, c’est être acteur, c’est un geste citoyen et militant qui nous engage dans une voie plutôt qu’ une autre. Quand on achète des choses, on dit “oui” ou “non” à des pratiques, que ce soit conscient ou inconscient, qu’on le sache ou non, c’est ainsi.

Aujourd’hui, en France, on peut faire le choix d’une alliance éthique, ou fairmined, on peut être acteur pour un monde meilleur (ça fait naïf, dit comme ça, mais c’est un peu ça).

Choisir l’or recyclé, comme chez OR DU MONDE par exemple, c’est choisir un impact environnemental zéro.

Saviez-vous que l’or se recycle à l’infini en gardant ses propriétés comme au premier jour ?

Laure, directrice du marketing chez OR DU MONDE, est même allée plus loin dans ses explications: « L’une de nos singularité est le choix de proposer tous nos bijoux en or recyclé ; (…), que nous privilégions car elle ne nécessite aucune nouvelle extraction d’or. Notre souhait est que le développement de ce parti-pris au sein de l’industrie fasse baisser la demande globale en or, au-delà de son avantage environnemental direct. »

L’autre alternative, qui commence à peser sur le marché de la joaillerie éthique, c’est de faire le choix d’une alliance en or « fairmined », respectant l’environnement et l’homme, comme chez Paulette à Bicylette ou Flore et Zéphyr.

Savoir qu’aucun enfant n’a travaillé à la fabrication de vos alliances, que les personnes qui travaillent dans les mines d’extractions ont un salaire décent, que des règles de sécurité sont en vigueur dans ces mines, que l’utilisation de l’eau y est raisonnée, c’est déjà une belle avancée, et c’est une forme d’engagement personnel, un acte de résistance.

Et puis les bijoux éco-responsables sont « made in France », par des artisans joaillers dont le savoir-faire est mis à l’honneur (ça aussi, on adore).

 

Chez Green idylle, on fait donc le choix de la Green joaillerie, et on soutient ce type d’alternatives éclairées et éco-responsables.

Parce que c’est éthique évidemment, et parce qu’on bave sur les modèles plus beaux les uns que les autres. Intemporels, originaux, sobres, élégants… vous trouverez forcément votre bonheur chez l’un de ces artisans.

Bien sûr, choisir une alliance, ça implique de la voir, la toucher, la sentir, la passer à son doigt avant de se décider.

 

Habiter à la Réunion ou dans les DOM-TOM ne vous empêche pas d’accéder à ce doux rêve, si bien sûr, vous avez un coup de cœur.

Vous pouvez prendre un rendez-vous téléphonique, consulter le guide des tailles pour mesurer parfaitement votre annulaire, commander en ligne votre modèle, et hop vous êtes livrés gratuitement.

Ensuite, si vous changez d’avis (ça arrive même aux meilleurs :)), ou si la taille ne correspond pas, le retour est gratuit et la première mise à la taille généralement offerte ainsi que les frais de port (à vérifier selon les enseignes).

Donc, plus d’excuse pour ne pas tenter l’expérience.

Cette année, Green idylle va se régaler en accompagnant plusieurs couples qui ont fait le choix de la joaillerie éthique, et c’est avec plaisir qu’on vous en reparlera et qu’on vous montrera les beautés qu’ils ont choisi.

 En attendant, n’hésitez pas à solliciter directement les différentes enseignes qui existent, en voici quelques unes (pas de partenariat ou de billet sponsorisé, elles sont fairmined, on est fairplay J, on parle de tout le monde):

OR DU MONDE

Paulette à Bicylette

Flore et Zéphyr

April Paris

JEM

…et toutes les autres que je n’ai pas citées, et qui j’espère, continueront de pousser comme des champignons !

 

Et vous, ça vous parle tout ça ? Vous avez déjà fait le choix d’alliances éthiques ? N’hésitez pas à nous dire ce qui a motivé votre choix.

Crédit photo : OR DU MONDE

Comments are closed.