L’année 2017 touche à sa fin, cette année incroyable et intense dans l’univers du mariage à la Réunion en tant que wedding-planner éco-responsable. Merci aux amoureux qui m’ont fait confiance pour leur mariage cette année, et aux futurs mariés que j’accompagne pour sauter le pas en 2018 et en 2019.

Je suis à la fois émue et débordante de gratitude à l’égard de toutes les belles personnes que j’ai rencontré sur mon chemin, les premiers amoureux qui m’ont embarqué dans leur histoire, avec joie et bienveillance en me confiant l’organisation de leur mariage, à l’égard de tous les partenaires qui m’ont recommandé alors qu’on n’avait même pas encore travaillé ensemble (ils se reconnaîtront ! reconnaissance éternelle dans mon petit coeur), et à l’égard de mes proches, qui m’ont soutenues, encouragées, qui ont toujours cru en moi. C’est une aventure merveilleuse, merci, et encore merci !

C’est tellement vivifiant d’être plongé dans une aventure professionnelle rythmée par des émotions positives et par un objectif éthique.

Des rencontres, des sourires, des fous rires, des hésitations, des négociations, des discussions enflammées sur le zéro déchet, des heures de whatsapp vidéos pour mes amoureux de métropole…avec à la clé bien souvent, de jolis liens qui se tissent.

Je suis extrêmement reconnaissante pour tout ce qui m’arrive, j’ai hâte de franchir 2018 avec vous tous, de partager l’un des plus beaux jours de votre vie, et j’aimerai vous laisser avec ces mots du Manifeste Holstee, accrochés en face de moi dans mon salon, des mots qui m’ont beaucoup servis au moment où j’ai fait le choix de lâcher ma vie d’avant pour ce beau voyage en « terre inconnue ».

« This is your life, do what you want, and do it often (…) Life is about the people you meet, and the things you create with them. Live your dream. »

Je crois bien que j’y suis, je vis mon rêve éveillé chaque jour. Lucky me.

Belle année 2018à toutes et à tous en avance, sous le signe du fun, des rêves & de l’amour durable et responsable pardi !

Sur ce, je retourne à mon bouquin les pieds dans l’eau.
A l’année prochaine.

Anne X Green idylle

****************************************************************************************************************

Et pour terminer cette année en beauté, petit florilège des questions les plus posées, sorte de petite FAQ toute personnelle de fin d’année. Cela peut vous servir si l’envie vous prend de me contacter ! Allez c’est cadeau, et soyez sages pendant le réveillon ! :

Foire Aux Questions (les plus posées en 2017) :

  • Est-ce qu’on doit renoncer aux mojitos le jour de notre mariage ?

Cette question peut carrément surprendre, mais au bout de plusieurs heures à échanger avec les futurs mariés, ils finissent souvent par me la poser.
Car ils ont compris ceci : je refuse les pailles quand je vais au restaurant ou dans les bars, et à vrai dire, je cherche des solutions pour continuer de proposer des bars à cocktails pour vos mariages sans avoir de pailles en plastique !
Pour la petite information, la paille est l’un des 10 déchets les plus présents dans les océans, elle a une durée d’usage extrêmement courte, ne se recycle pas et on les retrouve dans les estomacs des tortues et des dauphins. Bref, ça m’hérisse le poil …Donc, souvent je préconise un cocktail sans paille (un bon petit punch glacé des familles), ou si l’envie de mojito est indomptable, on opte avec des pincettes pour des pailles en carton compostable.

Pourquoi n’y a t-il pas beaucoup de photos sur votre site internet et sur les réseaux sociaux ?

Pour plusieurs raisons, mais les principales sont les suivantes :

Mon activité à la Réunion est récente, et souvent, les mariés que j’accompagne se marient 12 à 18 mois après notre rencontre, donc, les photos ne sont pas encore réalisées.
Je n’ai pas eu l’autorisation de tous mes mariés pour publier leurs photos (c’est leur droit le plus strict de ne pas souhaiter voir leur image diffusée et je la respecte)
Je n’ai pas eu non plus forcément envie de publier les photos quand elles n’étaient pas prises par des professionnels (un vrai « travers » de communicante ça, je sais…)
Et puis je suis ce qu’on peut qualifier de « cordonnier carrément mal chaussé » : 15 ans dans la communication ont laissé des traces pas toujours positives, et j’avoue que l’image qu’on doit perpétuellement afficher sur les réseaux sociaux pour se donner une existence ou une visibilité, se créer une identité de marque, se la jouer story telling, me fatigue un peu et que je sais que je devrais être plus active, publier des photos, de belles histoires, car il y en a des tas…mais…pfff …ok…j’essaierai de faire mieux en 2018:) !!!! #bonnerésolution

Est-ce que vous avez une limite au niveau du nombre d’invités par mariage?

Oui, je n’accompagne généralement pas de mariages au delà de 150 invités, pour la simple et bonne raison que les prestataires avec lesquels je travaille, notamment au niveau des traiteurs sont limités par leurs arrivages de produits de qualité, issus de productions souvent locales.

Je me sens également plus à l’aise pour mettre en place des actions de développement durable sur des mariages plus « petits ».
Exception faites de la coordination de Jour J, pour laquelle je n’ai pas de limites mais pour laquelle je ne garantis aucune action éco-responsable puisque j’interviens une fois vos prestataires choisis.

  • Est-ce que vous célébrez les cérémonies laïques ?

La réponse est oui, et non 🙂

Je ne célèbre les cérémonies laïques que quand je n’organise que la cérémonie et pas l’intégralité du mariage.

Si on me charge d’organiser et de célébrer la cérémonie et que je ne suis pas en coordination de mariage, c’est tout à fait possible, et d’ailleurs, j’adore ça ! Plus d’infos ici

– Est-ce contraignant de partir sur un mariage éco-responsable ?

J’explique toujours aux futurs mariés que je rencontre ma manière de fonctionner : c’est important que chacune des parties soit en accord sur le principe de réduction d’impact environnemental, sinon il est très difficile d’avancer ensemble dans la même direction.
Je mets les choses au clair de suite : pas de feux d’artifices, pas de lâchers de lanternes dans le lagon (sauf éventuellement une seule pour le symbole et il faut qu’elle soit biodégradable), pas de limousine, pas de fleurs à foison cultivées au Kenya et complètement hors saison …

Mais évidemment, on fait quelques concessions : si la future bride adore les pivoines (comme moi d’ailleurs!) alors oui elle peut en avoir deux ou trois dans son bouquet, mais on évite d’en mettre sur les tables…
On ne peut pas faire du 100% écologique ou du 100% zéro déchet. Notre vocation est plutôt de veiller, dès les premières phases des préparatifs du mariage, à tous les enjeux, à tous les petits détails qui pourraient être gérés durablement.

Il s’agit aussi de rayonner, de passer un message auprès de ses invités, de montrer qu’il est possible de se marier en respectant ses opinions, sa manière de vivre et les mariés imprègnent leur mariage de leur personnalité et de leurs convictions. C’est ça aussi un mariage en 2017, non ?

  • Est-ce que vous avez un outil de calcul d’impact environnemental qui permet d’avoir un bilan des économies d’énergies réalisées ?

Outch, malheureusement, pas encore mais c’est dans les tiroirs, dès que j’aurai du temps je pourrai le mettre en place. Mais on est quand même en mesure de faire la point sur ce qu’on a économisé et sur ce qu’on a généré en terme de déchets.

  • Est-ce que vous organisez plusieurs mariages par weekend?

Non, je ne peux pas, je travaille généralement seule et un mariage demande énormément d’énergie et d’investissement et je ne peux enchaîner deux mariages d’affilée si je veux que mes clients soient satisfaits de mon travail (et que mon mari et mes enfants ne me prennent pas pour un courant d’air !!).

  • Est-ce que vous vous occupez de la décoration également?

Non, je suis wedding-planner, organisatrice de mariage, c’est un métier en soi et à plein temps et je travaille seule, je dispose d’expériences et de formations en communication et en organisation de mariage mais je n’ai pas de formation en design floral et je laisse cette partie à toutes les merveilleuses fleuristes et décoratrices de l’île qui font un travail extraordinaire et que je serai ravie de vous recommander.

On a déjà choisi quasiment tous nos prestataires, en quoi pouvez-vous nous aider ?

Si vous avez eu envie d’organiser votre mariage par vous-même, c’est très bien.
Je ne saurai cependant que vous conseiller de choisir la coordination de jour J, car ce jour passe à une vitesse folle, vous avez passé des weekends entiers tous les deux à le préparer, vous avez le droit d’en profiter, idem pour vos proches et votre famille.

Je suis là pour coordonner les prestataires, gérer le timing, les petits imprévus, vous mettre en place un plan B en cas de pluie ou autre, retrouver le tonton perdu sur la route, verser les derniers règlements aux prestataires… Bref, c’est l’assurance de profiter de votre journée, car c’est la vôtre, ne l’oubliez pas (attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé).

  • On habite en métropole et on aimerait se marier à la Réunion à la mairie, est-ce possible ?

La Réunion, c’est la France, et la règle qui s’y applique est la même qu’en métropole, à savoir qu’on peut se marier dans sa propre ville de résidence ou dans celle de nos parents sous réserve d’une demande de dérogation (avec justificatif de domicile).

Donc si vos parents ne résident pas à la Réunion, il ne vous est pas possible théoriquement de vous marier ici.

Vous pouvez cependant tenter d’envoyer une lettre au maire de la ville en lui expliquant vos motivations, le fait que vous avez grandi sur l’île par exemple, ou que vous y avez un attachement particulier, et selon la commune, cela peut fonctionner . Et si cela échoue, vous pouvez vous marier civilement chez vous, et organiser une cérémonie laïque ici. On trouve toujours des solutions 🙂

Comments are closed.